Bromont obtient sa certification Vélosympathique argent

VÉLO. Bromont devient la troisième ville au Québec à obtenir la certification Vélosympathique argent, après Gatineau et Montréal. Déjà, la Ville a des visées sur la certification or, qui serait la première dans la province.

«Je pense que Bromont se démarque au niveau du vélo, a déclaré le maire de Bromont, Louis Villeneuve. D’année en année, on s’améliore, mais il y a encore place à l’amélioration et on va réussir. Moi, de voir les enfants aller à l’école en vélo, je trouve ça impressionnant. De voir de plus en plus de gens utiliser leur vélo pour aller travailler, on a entendu tout à l’heure [Lyne] Poulin, [la directrice générale] du Saint-Martin, dire qu’il fournit des vélos à ses clients et qu’ils sont ensuite vendus à ses employés pour qu’ils aillent travailler à vélo. C’est une multitude de petits gestes qui font en sort que c’est un mouvement qui grandit année après année.»

«Plusieurs initiatives ont été mises en place, dont le programme cycliste averti qui est offert aux deux écoles primaires du territoire de Bromont, a ajouté la chargée de projets du parc des Sommets et responsable des sentiers municipaux à la Ville de Bromont, Annie Cabana. On a également plusieurs aménagements qui ont été mis à jour pour permettre la culture vélo et les déplacements actifs, autant du côté des citoyens que du côté des visiteurs. On a l’acquisition du parc des Sommets qui offre des sentiers supplémentaires à notre réseau de vélo qui est assez développé. On a plusieurs initiatives aussi, le programme d’achat de supports à vélo, de conseil, un comité de transport et de mobilité durable qui a été mis sur pied.»

Pour pouvoir obtenir sa certification or, la Ville entend déjà se mettre au travail et a ciblé quelques améliorations sur lesquelles elle veut plancher dans les prochaines années.

«On a quelques intersections qui sont plus ou moins sécuritaires, on a la route dont le MTQ est responsable, il y a une intersection, celle de la rue Shefford et du boulevard de Bromont, qu’on a de la difficulté à aménager étant donné qu’on est sur un pont, une passerelle, a indiqué Mme Cabana. On sait que c’est une des priorités. On veut favoriser aussi le déplacement actif pour les gens qui proviennent, par exemple, des autobus Limocar. À partir de cet endroit-là, c’est de les prendre en charge pour être capable de les emmener sur notre réseau cyclable.»

«C’est assez difficile d’obtenir la certification argent, a déclaré de son côté la chargée de programme du mouvement Vélosympathique chez Vélo Québec, Sandrine Cabana-Degani. Pour obtenir la certification or ou platine, il faut que ce soit une ville complètement vélo. Bromont est vraiment intervenue dans les cinq axes d’une collectivité vélosympathique, [environnement, éducation, encouragement, encadrement et évaluation et planification].»

 

Mois du vélo

La Ville de Bromont a également présenté un bilan positif de son mois du vélo, durant lequel plusieurs activités en lien avec le cyclisme se sont tenues.

«Une journée, je revenais d’une courte balade à vélo et je vois une filée de jeunes de l’école primaire, a relaté l’animateur, journaliste, conférencier et résident de Bromont, Yvan Martineau. Je cherchais le moniteur, l’encadreur, l’enseignant, mais il n’en avait pas: ce sont tout simplement des jeunes qui sortent de l’école parce qu’ils y vont comme ça, soir et matin, avec leur bicyclette. Moi qui aime tellement le vélo, je me suis dit: «Quelle belle image de jeunes actifs! ».

Source : Xavier Demers
Journal Le Guide