La galerie d’art Chapelle vers les grands circuits

La galerie d’art La Chapelle de Bromont fait un pas de plus vers les grandes ligues des galeries d’art contemporain. Jusqu’au 18 août, la petite galerie de la rue Shefford accueillera une quinzaine d’œuvres de l’artiste multidisciplinaire torontoise Breanna Shanahan dans le cadre de l’exposition Aux confins du corps.

Louise Lachappelle, propriétaire de la galerie, était particulièrement fière de recevoir Breanna Shanahan dans sa galerie. « À voir la qualité de ses créations et la drive qu’elle a, on voit bien qu’elle ira très loin. C’est une chance de l’avoir à Bromont maintenant : ça ne sera probablement pas possible dans cinq ans. Elle sera rendue plus loin », avance Mme Lachappelle, rencontrée à sa galerie vendredi soir.

En attendant la gloire annoncée, Breanna Shanahan est bel et bien à Bromont. L’artiste y présente son exposition Aux confins du corps dans laquelle elle jette un regard quasi scientifique sur le corps humain et ses ressemblances avec l’univers naturel.

« Mon processus de création, c’est toujours de me poser un problème, d’y trouver une solution et après, je change ma méthode de travail », explique la jeune artiste alors que son équipe s’affairait encore à déballer ses œuvres.

De la sculpture à la peinture sur bois, ses créations hétéroclites présentées à La Chapelle retracent une partie de son parcours artistique depuis les deux dernières années, alors qu’elle vient à peine d’obtenir un « master » en beaux-arts à l’Université Concordia.

Mouvement

Les visiteurs seront accueillis par la sculpture Another Headless Woman et deux autres pièces qui s’inscrivent dans la même esthétique.

L’artiste qui « voulait sortir de la représentation traditionnelle des genres » s’inspire des éléments des tendons du corps pour y représenter une femme tout en mouvement.

« Je suis moi-même nageuse et le sport m’inspire beaucoup, de même que la technologie que j’intègre presque toujours dans mon processus de création », précise Breanna Shanahan devant une œuvre composée des mains d’une dizaine d’athlètes de différents sports, reliés entre eux par une corde.

Ses créations les plus récentes peuvent être appréciées dans un coin de la seconde partie du bâtiment. Deux sculptures de plastique rappelant un feuillage courent à quelques centimètres du mur. Si une lumière traverse le plastique transparent, un feuillage plutôt réaliste apparaît au mur. « J’utilise la lumière artificielle comme une matière dans l’œuvre », explique l’artiste.

Avant Bromont, Breanna Shanahan­ avait déjà exposé en Italie, en Chine, en Autriche, aux États-Unis ainsi que dans le reste du Canada.

Elle représentera son pays au centre de Pengzhou, en Chine, avec son œuvre Forest of Two Cities, qui sera installée dans un corridor de verdure.

Pédagogie

En accueillant les œuvres de Breanna Shanahan, Louise Lachapelle espère contribuer à éduquer les Bromontois sur l’art contemporain. « J’ai toujours été une professeure, pour moi c’est important d’exposer les gens à ces œuvres », ajoute-t-elle.

Éduquer à aimer, mais également à acheter. « Nous avons un parc industriel fleurissant et l’art contemporain peut représenter le visage de leur entreprise, moderne et tourné vers l’avenir. Ce sont aussi des œuvres qui sont accessibles pour les familles et à constater son talent, je pense que c’est un investissement parce que son travail va gagner en valeur. »

Source : Mickael Lambert
La Voix de l’Est

Photo : Julie Catudal